l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

1972 , programme Europa : les balbutiements de l'Europe spatiale à Kourou : témoignage de Frédéric D'Allest

 Les débuts de  la coopération  spatiale européenne   

                         

dAllestet-70x70.jpg
Frédéric d'allest

 

 J'ai donc participé à toute l'aventure DIAMANT B, qui s'est concrétisée par le premier lancement de Diamant B au CSG en Guyane en mars 1970.

 

 A l'issue de ce lancement (DIAMANT B), j'étais personnellement attiré par la coopération européenne. Je me rendais bien compte que ce n'était qu'une première étape modeste,  puisque il faut se souvenir que lorsque nous avons lancé Diamant B, l'homme avait débarqué sur la Lune en 1969 et que Diamant B était vraiment une très très modeste réalisation, au vu des Etats-unis ou de la Russie et que si nous voulions, ce qui était notre ambition, arriver en France et en Europe à avoir l'accès à l'Espace par une capacité de lancement compétitive, en performance, en qualité, en prix, il fallait des investissements considérables, puisque les lanceurs sont quand même des investissements très lourds que ce soit, pour la construction des lanceurs, que ce soit pour la base spatiale de Kourou. J'étais donc convaincu, et j'étais encore très jeune à l'époque, j'avais tout juste 30 ans, que la voie était la coopération européenne et j'ai donc rejoint, détaché par le CNES et en accord avec la direction du CNES, ce qu'on appelait à l'époque le CECLES-ELDO, qui était un organisme pour développer un lanceur européen, Europa 2 . Moi-même, j'ai rejoint dans cet organisme, les études d'avant projet d'Europa 3, qui était dans une certaine mesure bien qu'il y ait eu des modifications importantes, le précurseur d'Ariane. Nous avons donc fait des études en 1970-1971-1972, de ce qui est devenu le premier étage d'Ariane, de la propulsion en hydrogène oxygène liquides, de l'étage cryogénique, l'étude d'une grande coiffe et donc bien qu'il y avait des différences substantielles sur ce lanceur Europa 3, nous avions jeté les premières bases de ce qui est devenu Ariane . Alors nous avons été emporté par l'échec cuisant de cette organisation ELDO qui beaucoup plus pour des raisons d'organisation de management, d'interférence du politique dans le technique, n'a jamais réussi à satelliser, malgré de nombreuses tentatives et donc en décembre 1972, c'est la décision de dissoudre l'organisation ELDO qui a été pour moi un échec total, qui était une bonne décision politique, puisque manifestement elle était engagée sur de mauvaises bases, et donc il y a eu une période, qui pour moi et pour tous ceux qui l'ont vécu a été assez extraordinaire. Entre donc décembre 1972, où il y avait un traumatisme considérable, tant sur le plan politique que chez les ingénieurs qui s' intéressaient aux affaires spatiales qu'ils fussent à l'ELDO, au CNES ou bien dans d'autres organismes européens ou bien entendu chez le décideur politique pour qui c'était une ardoise chère et qui n'a pas porté de fruits. Et bien, il y a un certain nombre de gens et j'ai eu la chance d'y participer très jeune, comme Yves Sillard, comme Michel Bignier, comme l'équipe d'Albert Vienne ou de Roland Deschamps et beaucoup d'autres qui  se sont battus à ce moment là pour dire : "mais ce n'est pas possible, on s'y est mal pris, on a réussi à faire Diamant, on a réussi à faire des missiles stratégiques, si on s'organise bien, il n'y a pas de raison qu'on ne soit pas capables de faire Ariane" et en l'espace de 7 mois, du mois de janvier 1980 ... excusez moi , entre janvier 1973 et juillet 1973, le CNES et Michel Bignier ont reconstitué une équipe, ont renforcé l'équipe lanceurs de l' époque c'est à cette occasion là que Yves Sillard qui était également à l'ELDO sur Europa 3 et moi même sommes revenus au CNES et Yves Sillard comme directeur du  programme Ariane et moi-même comme chef de projet. En l'espace de 7 mois, ce qui est assez extraordinaire aujourd'hui, quand on voit la complexité des décisions et il faut bien le dire la lenteur des décisions spatiales.

On est passé de ce grand traumatisme et il faut bien le dire de cet effondrement à la décision par les Etats européens réunis à la Conférence Spatiale de Bruxelles en juillet 1973, de prendre les engagements formels, financiers, juridiques, irréversibles, d'engager toute la phase de développement d'Ariane sur 7 ans. Nous nous sommes engagés sur sept ans jusqu'en 1980 avec le financement de tout le programme de développement d'Ariane y compris l'ensemble de lancement Ariane à KOUROU et des moyens charges utiles associés

jusqu'à la qualification du lanceur  que nous avions prévu à l'époque de terminer à la fin de 1980. Donc, il a fallu en 7 mois, convaincre les autorités politiques françaises, que c'était jouable, que c'était raisonnable; convaincre au niveau industriel et au niveau politique les différents partenaires européens que ceci était jouable, aussi de convaincre de mettre de l'argent et finalement d'arriver à un dossier complet sur lequel les négociations politiques se sont déroulées avec difficulté, mais finalement avec efficacité pour le succès de la Conférence de Bruxelles. çà, ça été une chance extraordinaire pour tous et pour l'Europe et ça été le lancement la grande aventure Ariane..

             Albert Vienne   Roland Deschamps

 



23/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres