l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

Hommages, biographies des acteurs du CECLES-ELDO


Hommage et Biographie de Renzo Carrobio di carrobio 1er secrétaire du CECLES-ELDO

                                             http://www.esa.int/About_Us/Welcome_to_ESA/ESA_history/Renzo_Carrobio_di_Carrobio

 

CARROBIO.jpg                                                                        Renzo Carrobio di Carrobio   (1905-1994)

                                                                                                                                 
Renzo Carrobio di Carrobio a été le premier Secrétaire général de l'ELDO, de 1964 à 1972. Il est décédé en 1994.  Né à Rome en 1905, Carrobio di Carrobio a passé la plupart de sa vie dans le service diplomatique, où il a occupé des postes consulaires à Berne, Moscou, New Delhi et Trieste.

                                                                                renzo carrobio en 1950_modifié-1.jpg Renzo Carrobio en 1950 à New Delhi

En 1952, il a été l'Ambassadeur d'Italie à San Salvador, puis en Afrique du Sud en 1959.  Il a joué un rôle clé dans l'effort spatial européen, il a été nommé premier Secrétaire général du groupe préparatoire qui a été créé en 1962 pour préparer l'entrée en vigueur de la Convention de l'ELDO. Il est alors nommé Secrétaire général du CECLES-ELDO en 1964, un poste qu'il conserva jusqu'à la fin de 1971 et pour lequel il a exercé ses compétences en tant que pionnier et diplomate dans toute leur étendue. Carrobio di Carrobio a partagé avec  les directeurs généraux de l'ESRO: Auger, Bondi et Hocker, la fonction de Secrétaire général de la Conférence européenne de l'espace et à ce titre, veilla sur l'évolution de la politique spatiale européenne et de la coordination des travaux de l'ESRO et ELDO, qui a conduit à leur remplacement ultime par l'ESA en 1975.  Il a été fait chevalier de la Grand-Croix de l'ordre du mérite de la République italienne.

                                                                      Renzo_Carrobio_di_Carrobio4_modifié-1.jpg


09/05/2014
0 Poster un commentaire

Hommage à William Stephens premier directeur technique et vice secrétaire général du CECLES-ELDO en 1962

 d'après http://www.telegraph.co.uk/news/obituaries/1338209/William-Stephens.html

 stephens2.jpg Williams Stephens ( 1913-2001)

 

Décédé à l’âge de 88 ans le 23 août 2001, William STEPHENS, était un scientifique aérospatial responsable de la mise en œuvre des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM),  des systèmes d’armes guidées et des  lanceurs spatiaux après la guerre .Ayant acquis une excellente réputation dans son domaine après avoir rejoint le Royal Aircraft Establishment à Farnborough (RAE) comme aérodynamicien en 1935, sa carrière a ensuite progressé jusqu’en 1959, date à laquelle il a été nommé directeur général du ministère de l’aviation, des missiles balistiques et des armes guidées de l’armée de l’air.

A partir du milieu des années 1950, il s’est investi dans le développement du Blue Streak, un missile balistique à longue portée, à propergol liquide. Son expertise et  l’estime que lui vouaient les responsables américains et les scientifiques de l’industrie aérospatiale ont grandement facilité les accords techniques que la Grande-Bretagne a pu avoir avec le gouvernement américain et les entreprises aérospatiales américaines privées.

Au Ministère de l’Aviation, Stephens est resté principalement responsable du programme de développement des missiles stratégiques Blue Streak jusqu’en 1960, date à laquelle le gouvernement de l’époque a abandonné son programme militaire.

Les sources de renseignements avaient informé le gouvernement d’Harold Macmillan que l’Union soviétique était capable de faire une attaque préemptive avec ses propres missiles balistiques contre les sites de lancement de Blue Streak  prévus à l’est de l’Angleterre. Cette menace a été aggravée par le fait que le système de carburant liquide de Blue Streak exigeait une préparation de 20 minutes avant d’être prêt à l’emploi ;  et sans pouvoir maintenir cet état de préparation pendant des périodes prolongées.

Heureusement, Stephens était habitué aux caprices des décisions gouvernementales et de longue expérience,  il avait appris à garder son calme,  avec contrôle et  philosophie, ce qui a toujours caractérisé son approche du travail  et son sens de l’humour y a largement contribué.

Par la suite, cependant, sa  patience a été récompensée, et il a apprécié de voir que le Blue Streak  avait été proposé comme 1er étage d’un lanceur spatial européen pour placer des satellites en orbite.

Son expertise en matière de fusées et  l’immense contribution de Stephens à la conception, la construction et le développement du Blue Streak ont conduit  naturellement à sa nomination en 1962 comme directeur technique et  Vice-Secrétaire général de l’Organisation européenne de développement lanceur (ELDO).

Il fut très satisfait, d’assister au test statique réussi  du Blue Streak en septembre 1962, sur le site d’essais de Spadeadam à  Cumbria dans le Cumberland et par voie de conséquence à sa qualification directe pour un premier vol au centre de lancement de Woomera en Australie.

Ce qui fit dire à Stephens que dans les deux années qui ont suivi cet essai réussi, entre l’abandon du missile à des fins militaires et la signature de la convention du CECLES –ELDO, rien n’avait été perdu. Au contraire, ce laps de temps avait permis des améliorations et la réalisation d’une plus grande fiabilité.

 

William Henry Stephens –de son  surnom bill

 

Est né le 18 mars 1913 à Kilkenny, en Irlande et a fait ses études au Collège méthodiste et à l’Université du Queen's de Belfast, où il a acquis les premières connaissances en mathématiques et en physique mathématique.

Après avoir travaillé sur la recherche aérodynamique à RAE, Stephens a intégré en 1938 le laboratoire de recherche balistique à l’Office Woolwich de la guerre où il a été introduit dans le monde puis sombre des fusées.

Au début de la guerre en 1939, Stephens s’engagea au ministère de l’Air et a étudié défense aérienne et d’analyse du système. Très vite, il s’est vite fait remarqué et en 1943 a été affecté à la mission sur le plan technologique importante d’attaché scientifique adjoint à la mission scientifique britannique à Washington.

Les 3  années qui ont suivi Stephens a assuré assidûment la liaison avec les responsables scientifiques américains et des équipes de recherche et de développement de l’entreprise individuelle, construction de contacts et amitiés qui devaient rester agréable et fructueuse pendant de nombreuses années.

Après son retour à Farnborough en 1947, Stephens a pris en charge le groupe de l’évaluation d’armes guidées et au bout  de 10 ans est  devenu vice-directeur de RAE (équipement).


05/03/2017
0 Poster un commentaire

Hommage à Götz Mandel ingénieur chez MBB responsable de l'ASAT pour le 3éme étage ASTRIS

Goetz Mand.jpg

 

Hommage à Willi Götz Mandel

Par Hans E. W. Hoffmann

 

 

Un acteur majeur de l’Espace Allemand a disparu. L’industriel Götz Willi Mandel est décédé le 21 août 2001.

Parmi les jeunes débutants que nous étions, Götz Mandel avait déjà vécu et acquis une bonne expérience professionnelle

C’était un des rares leaders qui avait la capacité de nous transmettre ses connaissances. Nous avions apprécié sa clarté d’enseignement, sa disponibilité. Du fait de son expérience dans le domaine aérospatial européen, il avait une bonne  longueur d'avance sur nous. Götz Mandel rejoint l’Allemagne à Munich lorsqu’il rentre le 1er juin 1963 chez MBB en tant qu’ingénieur de développement dans le secteur aéronautique. Mais jamais il a fait remarquer qu'il avait étudié dans les premières années de la guerre à Berlin en école d’ingénieurs en tant que membre de groupe de travail technique de vol et qu’il avait été avant la guerre, ingénieur de développement du missile volant télécommandé HS 117. Quelle qualité de formation pour un jeune ingénieur ! Aujourd’hui vous diriez qu’il s’agit de haute technologie.  Ensuite Götz Mandel a été recruté par l’Argentine après la guerre de 1948 à 1963, car il possédait son sujet et il voulait continuer à travailler et rivaliser dans son domaine professionnel. Chacun comprendra qu’une telle passion pour son métier, influence la personne pour le reste de sa vie. Il a donc rejoint l’Argentine et a appris une langue étrangère pour continuer à pouvoir exercer sa fascination du vol et des fusées. Götz Mandel avec la technique acquise pendant la guerre et son séjour en Argentine, possédait un haut niveau d'expérience de vie et de tolérance,  qui lui conférait le respect en tant que leader dans son domaine de compétences. Götz Mandel exerçait une autorité naturelle du fait de son expérience. Et puis, il y a l'humour dû à ses origines Berlinoises ou était-ce de l'humour pour conjurer le mauvais sort ?

 Götz Mandel a beaucoup ri. Rien n'était trop sérieux pour lui, il faisait toujours un commentaire humoristique, pour rompre la glace et détendre l’atmosphère.  On doit au chef de projet de l'ASAT beaucoup à Munich, le troisième étage Astris de la première fusée européenne Europa, et la nouvelle astronautique allemande après la guerre. Sous son autorité, ses collègues et l'équipe d’ASAT ont bien maitrisé ce projet difficile qui a ainsi ouvert la voie à des projets plus ambitieux. Il était passionné par  les moteurs, avec lesquels il s’est formé et est devenu le spécialiste de l'industrie aéronautique allemande. Götz Mandel a été un pionnier réel de la coopération européenne sur l'un des domaines de technologie les plus avancés aussi bien en ce qui concerne la gestion que la coopération européenne en tant que Président allemand de la société de développement de missiles stratégiques européens « Cryorocket » en 1970. À tous les niveaux de son ministère, il a été reconnu et respecté. Souvent, ses actions ont permis d’avancer et dans les situations difficiles, il a apporté la bonne solution. Sous sa direction, tous les participants lors des réunions d'ASAT en été et en hiver avec le Gesellschaft für Weltraumforchung (GfW), organisme ministériel allemand à Auffach en Autriche se souviendront de Götz Mandel comme étant le jeune allemand spécialiste de l’espace qui a brillamment résolu avec élégance leurs problèmes commerciaux.  Malheureusement, nous avons dû dire adieu à Götz Mandel. Il fait partie de la conception de l'astronautique allemande, il a été un enseignant et un bon représentant de l'industrie allemande au sein de la coopération aérospatiale européenne pendant toute une génération de jeunes ingénieurs allemands qui étaient fascinés à ses côtés,  un dirigeant qui a toujours été un homme très intéressé par la technologie pure. Ainsi, il restera dans nos mémoires.

Hans E. W. Hoffmann

www.dglr.de/news/mitteilungen/dglr_2002-1.pdf

société Cryorocket_modifié-5.jpg
annonce de la création du G.I.E." Cryorocket" par la S.E.P


01/05/2014
0 Poster un commentaire

Hommage au Général Robert Aubiniére 2éme secrétaire du CECLES-ELDO

http://4aspace.online.fr/espace/2001-12aubi.htm

aubi_modifié-2.jpg
    Général Robert AUBINIERE (1912-2001)

 

Le Général Robert AUBINIERE, premier Directeur Général du CNES,

 

la Communauté spatiale française et Européenne perd l'un de ses pionniers et l'une de ses figures historiques. 

Son parcours

Né à Paris en 1912, Polytechnicien (1933), ancien élève de l'Ecole de l'Air (1935), Robert AUBINIERE effectue une partie de sa carrière en Afrique du Nord. Durant la Seconde Guerre Mondiale, il s'illustre par de nombreux actes de bravoure, notamment en menant plusieurs missions de reconnaissance sur le territoire italien. En septembre 1943, il rejoint les Forces Françaises libres en Angleterre où il est affecté à la direction des services spéciaux. Parachuté en 1943 dans la zone de résistance Nord, il est capturé par la Gestapo et déporté politique en avril 1944 où il sera, entre autre, interné à Ravensbrück.
Robert Aubinière

Directeur Général du CNES  de 1962 à 1971 

Libéré en 1945, il rentre en France où il est nommé Directeur des études à l'Ecole de l'Air, poste qu'il occupe jusqu'en 1950, date à laquelle il est affecté à l'Etat Major de la 5ème Région Aérienne en Algérie. Commandant de la base de Rochefort en 1954, il devient, en 1957, Directeur du Centre interarmes d'essais d’engins spéciaux au Sahara. Général de brigade aérienne en 1958, il accède en 1960 à la Direction de l'Ecole de l'Air à Salon-de-Provence avant de devenir, la même année, Directeur Technique et Industriel de l'Aéronautique auprès du Délégué à l'Air au Ministère de la Défense.                

Nommé  Général de Division Aérienne en 1961, il   devient en 1962 le premier Directeur Général du   CNES, poste qu'il occupera jusqu'en 1971 tout en exerçant  de 1968 à 1970 la Présidence du Conseil de l'ELDO.                

Diamant BL'apport du Général AUBINIERE à la communauté spatiale française et Européenne est considérable. Il structura le CNES en développant très rapidement les relations avec l'Industrie et le monde scientifique; il impulsa avec audace les grands axes programmatiques qui permirent au CNES d'acquérir pour la France les fondamentaux indispensables à la mise en place d'une politique spatiale (lanceur, satellites, ensembles de lancement) ; il joua afin un rôle majeur dans la création du Centre spatial de Toulouse et dans le choix de Kourou comme site de lancement après la fermeture d’Hammaguir en Algérie.

Grand résistant, grand soldat, le Général AUBINIERE fut aussi un grand manager qui fit du CNES l'une des plus grandes agences spatiales et de la France la troisième puissance spatiale du monde. 

Le CNES perd en décembre 2001 l'un de ses fondateurs et s'apprêtant à célébrer le 40ème anniversaire de son existence, salue la mémoire de celui à qui il doit, pour une grande part, son existence, ses succès et son avenir. 

 

Sa biographie

  • né le 24 septembre 1912 à Paris
  • décédé en décembre 2001
  • marié en 1936 à Geneviève Beauville
  • six filles

Entre à l'école Polytechnique en 1933

En 1935 il entre à l'Ecole de l'Air en tant que Sous-Lieutenant

Effectue une partie de sa carrière militaire en Afrique du Nord de 1936 à 1941. Pendant la guerre il exécute deux missions de bombardement et plusieurs missions de reconnaissance sur le territoire italien; cité à l'ordre de l'armée, il reçoit la Croix de Guerre avec palme;

En septembre 1943 il rejoint les Forces Françaises Libres en Angleterre où il est affecté à la direction des services spéciaux;

Le 15 décembre 1943 il est parachuté en France à Is-sur-Tille près de Dijon où il est affecté dans la zone de résistance Nord (zone A). Il occupera le poste de second dans cette zone, chargé des liaisons avec Londres et de tous les aspects équipements et logistiques;

Capturé par la Gestapo il est déporté politique en Allemagne le 14 avril 1944 et sera successivement interné dans les camps de :

  • Cologne
  • Sachsen-Hausen
  • Ravensbruck
  • NeuBrandenburg

Au printemps 1945, au moment de la débâcle allemande, les déportés du camp l'élisent comme leur chef. Libéré par l'Armée rouge, il rentre en France le 25 mai 1945;

Affecté à l'Ecole de l'Air comme directeur des études de 1945 à 1949, il entre à l'Ecole de Guerre Aérienne (janvier 1949 à avril 1950);

En 1950 il est affecté à l'Etat Major de la 5ème Région Aérienne en Algérie;

En mai 1954, il est nommé Commandant de la Base-Ecole de Rochefort (BE 721). A ce titre il commandait également les bases de Saintes et de Joinville qui sont devenues, grâce à lui, le prototype de formation des sous-officiers mécaniciens pour l'Armée de l'Air;

En septembre 1957, il est nommé Directeur du Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux (CIEES) au Sahara;

Il est nommé général de brigade aérienne le 1er décembre 1958;

Il prend la direction de l'Ecole de l'Air à Salon de Provence le 10 janvier 1960;

Le 4 avril 1960 il est nommé Directeur Technique et Industriel de l'Aéronautique auprès du Délégué à l'Air, au Ministère de la Défense. C'est l'époque des grandes décisions relatives aux programmes Mirage III, Concorde, Breguet Atlantique, et aussi du démarrage du programme Sol-Sol-Balistique-Stratégique (SSBS) décidé par le Général de Gaulle;

Nommé général de division aérienne le 1er juin 1961;

En mars 1962 il est mis en congé du personnel navigant et détaché auprès du CNES comme premier Directeur Général, poste qu'il occupera jusqu'en 1971. Pendant dix ans il a imprégné l'organisme naissant de sa forte personnalité. Il a su mobiliser les énergies et les compétences pour proposer, concevoir et développer un programme spatial ambitieux dont le succès a permis de placer la France au rang de troisième puissance spatiale. Son action a été déterminante pour la constitution d'une industrie spatiale. On lui doit également la création du Centre Spatial de Toulouse et du Centre Spatial Guyanais à Kourou;

De 1968 à 1970, il exercera la fonction de Président du Conseil du CECLES-ELDO;

En 1972 il deviendra le Secrétaire Général du CECLES-ELDO jusqu'en 1973.

Autre activité :

Après avoir cessé ses activités dans le domaine spatial, il suivit et obtint le diplôme de l'Ecole du Louvre.

 

Distinctions

  • Titulaire de la Croix de Guerre avec Palme (le 24 juin 1944)
  • Grand Officier de la légion d'Honneur (1966)
  • Commandeur de l'Ordre National du Mérite (1965)
  • Médaille de l'Aéronautique (1956)
  • Médaille Commémorative 39-45
  • Médaille Commémorative de l'Afrique Française du Nord
  • Membre d'Honneur de l'Académie de l'Air et de l'Espace

Décret du 19-11-1945 - Nomination au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur :

                                                     13 juin 1966 aubiniere legion d'honneur 2par Pompidou.jpgremise de la légion d'honneur par le 1er ministre Pompidou en juin 1966 

Officier Supérieur de l'Armée de l'Air, volontairement engagé dans les services actions des forces combattantes. S'est fait parachuter en territoire occupé par l'ennemi afin d'organiser et de mettre en action des éléments d'attaque et de destruction, faisant preuve d'une admirable ardeur, a, pendant plusieurs mois exécuté activement sa dangereuse missions avec plein succès, animant ses subordonnés par son courage. Arrêté par la Gestapo le 13 avril a été déporté en Allemagne.

Citation à l'Ordre de l'Armée : décision n°22 du 24 juin 1944

Chef d'opération d'une haute valeur morale et d'un esprit de décision au dessus de tout éloge, a fait preuve, au cours de sa mission, des plus grandes qualités de commandement, sachant inculquer à tous ses camarades l'allant et l'esprit de sacrifice dont il était lui-même un vivant symbole.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec Palme.


09/05/2014
0 Poster un commentaire

Hommage à Klaus Iserland directeur adjoint du programme Europa de 1962 à 1969 directeur de L'ELDO en Guyane de 1969 à1973

 

 http://archives.eui.eu/en/isaar/283

klaus iserland99.jpg

 

 

Klaus Iserland (1927-2005)

 
 
né à Nagasaki (Japon) le 22 Octobre 1927 de nationalité allemande, décédé en 2005
 
 Klaus Iserland se forme à l'Ecole polytechnique fédérale de Zürich où il obtient le diplôme d'ingénieur aéronautique en 1950 puis devient docteur des Sciences de l'ingénieur. Il est successivement: assistant de recherche à l’Institut d'aérodynamique de l'Ecole polytechnique (1950-1956); ingénieur dans le développement des missiles anti-aériens et anti-chars auprès de l'entreprise Oerlikon-Contraves (1956-1962); directeur adjoint à l’ELDO chargé du programme Europa (1962-1969); directeur de l’ELDO en Guyane (Ensemble de Lancement) (1969-1973). Il réintègre le secteur privé en entrant dans la société Dornier (1973-1980). Comme directeur du Marketing Développement, il en est le représentant en France. En 1980, il entre à Arianespace. Il y assure les fonctions de directeur général adjoint technique et commercial puis de directeur général adjoint aux Affaires internationales (1986-1992).

09/05/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser