l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

l'Aventure Chaotique des fusées Europa de 1962 à 1973

Phase 2 tir F6/2 test de la séparation du 1er et du 2éme étage actifs, puis test de la séparation du 2éme et du 3éme étage puis du satellite d'essais

TIR F-6/2 : comme prévu, ce tir devait tester la séparation des 3 étages en sachant que seuls les deux premiers étaient actifs. le 3éme étage devait normalement se séparer de l'étage Coralie. Dans les faits, bien que le premier étage Blue Streak fonctionna normalement, le 2 éme étage Coralie ne parvint pas à se séparer ni même à allumer ses moteurs. la fusée Europa 1 porteuse d'une maquette de satellite d'essais italien STV s'écrasa dans le désert Simpson à l'intérieur de l'aire d'impact initialement prévue. Ce tir du mercredi 6 décembre faisait suite à deux essais infructueux. Le lundi précédent, le 4 décembre, le compte à rebours avait été stoppé à 12 secondes avant l'allumage en raison d'une incompatibilité entre les équipements au sol et un ordinateur. Le jour d'avant, déjà les moteurs du Blue Streak s'étaient allumés insuffisamment pour permettre le décollage de la fusée. Comme pour le tir F-6/1,Coralie ne put s'allumer en raison de la panne du séquenceur de vol (voir article du nouvel observateur ci-dessous)

cet échec clôt la phase 2 du programme de développement d'Europa 1


article de Jacques Tiziou dans aviation magazine du 15 décembre 1967 N°481
article de Jacques Tiziou dans aviation magazine du 15 décembre 1967 N°481

pour le vol F6/2 le satellite STV de 275 kg avec adaptateur cylindrique pour la séparation prévue lors du vol balistique du 3éme étage (examen du satellite dans le hall de préparation à Woomera par l' equipe britannique)
pour le vol F6/2 le satellite STV de 275 kg avec adaptateur cylindrique pour la séparation prévue lors du vol balistique du 3éme étage (examen du satellite dans le hall de préparation à Woomera par l' equipe britannique)

take off de F6/2 le 6 décembre 1967
take off de F6/2 le 6 décembre 1967

décollage nominal le 6 décembre 1967 de la fusée Europa F6/2
décollage nominal le 6 décembre 1967 de la fusée Europa F6/2 :

document  :National archives of Australia


la case à équipements électroniques de la fusée F6/2 retrouvée dans le désert de Simpson est quasiment intacte
la case à équipements électroniques de la fusée F6/2 retrouvée dans le désert de Simpson est quasiment intacte :

 Après avoir rempli sa mission avec succès, la case à équipements électroniques est repartie en Angleterre pour un examen. Il est interessant de noter qu'elle était encore en relativement bon état compte tenu de l'impact de la fusée sur le sol terrestre et de l'energie cinétique dégagée.


après le deuxième échec de Coralie, satire de Mitchell sur les déboires de l'étage français!
après le deuxième échec de Coralie, satire de Mitchell sur les déboires de l'étage français! :

légende : "Maintenant, cette fois-ci, Charlie, au moment du  départ, commence à desserrer les boulons!! "


article du Nouvel observateur du 6 Mars 1968 de Jérôme Pietrasik
article du Nouvel observateur du 6 Mars 1968 de Jérôme Pietrasik

article du Nouvel Observateur du 25 novembre au 1er décembre 1968 de Jérôme Pietrasik
article du Nouvel Observateur du 25 novembre au 1er décembre 1968 de Jérôme Pietrasik


moteur auxilliaire du troisième étage Astris d'europa F6-2  retrouvé par un groupe d'Alice Springs dans le territoire du nord en 2001
moteur auxilliaire du troisième étage Astris d'europa F6-2 retrouvé par un groupe d'Alice Springs dans le territoire du nord en 2001 :

State library of Australia Adelaide


Récepteur de commande de destruction WREBUS
Récepteur de commande de destruction WREBUS :

Les récepteurs WREBUS servaient à recevoir un signal de commande de destruction pour mettre fin au vol d’un missile ou de la cible. Ces récepteurs furent construits pour remplacer le premier système de commande de  destruction appelé l’unité de déclenchement Doppler (DTU).  Le WREBUS a été développé entre 1956 et 1960 et est devenu la norme en 1962 à Woomera et sur les bases RAE au Royaume-Uni.  Le WREBUS a été utilisé sur toutes  les grandes fusées lancées depuis Woomera.  Les commandes de destruction montées sur les fusées Europa, composés  d’un arrangement complexe des récepteurs WREBUS dupliqué aux premier et deuxième étages à la fois, interconnectés, de telle sorte que la commande d’un des deux transmetteurs au sol déclenche des explosions dans les réservoirs de propergols et ailleurs dans le véhicule . Avec tous ces systèmes de destruction Le WREBUS n’était pas uniquement destiné à désintégrer Europa en fragments inoffensifs s’il égarait de sa route, mais aussi à s’assurer que tous les résidus explosifs et les propergols à bord seraient détruits. 

Les stations au sol WREBUS avaient des transmetteurs spéciaux aériens omnidirectionnels qui donnaient une couverture efficace sur un large arc de cercle de près de 406 kilomètres de distance. Il y avait aussi des arcs aériens plus étroits de près de 1000 kilomètres utiles pour les essais à très longue portée.  Ce récepteur (qui faisait partie d’un ensemble de 4) était fixé au premier étage Blue Streak (sur la case à équipements  de la fusée Europa F6/2 lancée depuis Woomera en décembre 1967. Il a été récupéré en juillet 2001 par un groupe de « chercheurs de fusée » d’Alice Springs qui en a fait don gentiment au Woomera History Museum.


l'étage Coralie ici en achévement aux Mureaux a été défaillant à l'allumage deux fois pour les tirs F6/1 et F6/2
l'étage Coralie ici en achévement aux Mureaux a été défaillant à l'allumage deux fois pour les tirs F6/1 et F6/2

Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser